Mini Express (Otto, Solido, GT Spirit) : bienvenue au paradis de la miniature !

Mini Express (Otto, Solido, GT Spirit) : bienvenue au paradis de la miniature !

Solido, le renouveau d’une marque mythique.

Le Mag Auto Prestige: Pourquoi avoir choisi de relancer la marque Solido ?
Frédérick Guillier: On voulait faire du Diecast d’entrée de gamme parce que Solido n’était plus là, Norev avait réduit sa production, et d’autres marques qui faisaient exploser leurs tarifs. Il n’y avait plus grand chose en boutique. On s’est dit qu’il fallait qu’on fasse du DieCast, de vulgariser notre marché. Et puis, au ToyFair de Nuremberg nous étions face au propriétaire ; à l’époque ; de la marque Solido ! On a discuté avec eux, on leur a présenté notre projet. On leur a tout montré en leur expliquant qu’on allait remplacer Solido. J’ai été très transparent. Puis, en une heure la décision a été prise ! On aurait jamais parié de faire revivre la marque Solido. Oui, on est contents de faire revivre cette marque et de la ramener en France. La « Miniatures Valley » en région Lyonnaise avec Norev, Majorette, Solido, Eligor… c’était sympa de ramener quelque chose en Bretagne. Notre petit côté breton était heureux de se dire « on va faire un pôle miniatures en Bretagne ». On va continuer de la développer et de la faire vivre. Pour l’instant, c’est bien parti.

Déjà beaucoup de modèles chez Solido !

LMAP: Pour Solido, vous proposez à la fois d’anciens modèles et de nouveaux. Le but est-il de mélanger savamment l’histoire de la marque et les demandes actuelles ?
FG: Des anciens moules, comme le Type H, ont été envoyés chez Norev. Mais, quand les allemands (Schuco, ndlr) ont repris Solido ils ont refait les moules. En fait, il y a deux Type H. Celui de Norev, au 21,5e et le notre au 18e. Il y a 5 voitures (Type H, 2CV, R5 Maxi, l’AC Cobra…) qu’on a pu récupérer du patrimoine Solido. Tout le reste a disparu. Après, on était contents de pouvoir repartir d’une page blanche. L’historique Solido est très compliqué et sans informations, c’était mieux de repartir d’une feuille blanche. On a juste gardé le logo. D’ailleurs, il faut noter que nos délais de production sont assez similaires à ceux d’Otto, 10 mois environ.

LMAP: Avec vous le 1/64e est entré dans le catalogue de la marque, le but était-il de concurrencer Norev et Majorette ou d’élargir la gamme ?
FG: Le but était d’élargir la gamme. C’était une collaboration avec Kyosho. On voulait faire un test sur du 1/64e haut de gamme, des miniatures vendues entre 7 et 10€. Mais, c’est un échec. En France, le prix moyen/psychologique d’une 1/64e est de 2€50. Alors qu’au Japon ou aux USA, ça marche et ce n’est pas surprenant de voir du 1/64e à 15€. On a testé du 1/43e d’entrée de gamme à 9€90 mais ça n’a pas marché non plus. Là aussi le prix était trop haut par rapport au marché français.

LMAP: Peut-on imaginer voir arriver d’autres versions de la Subaru Impreza ? De la Delta ? Pourquoi ces autos n’ont pas d’ouvrants ?
FG: Car c’est une collaboration faite avec Ixo/Altaya. Ceux qui n’ont pas d’ouvrants sont dans la collection Altaya. Nous avons mutualisé nos outillages. C’était mieux pour nous de faire ce partenariat que de lancer la production de 15,000 Impreza, nous n’aurions pas pu le faire. Après, on reverra sûrement certains modèles avec des ouvrants, comme l’Alpine A110. Et oui, c’est possible qu’il y ait de nouvelles versions de l’Impreza ou de la Delta. Après, on en fera pas de trop. On a pas mal de choses, on a des trucs sympas en Rallye comme la R5 Maxi, d’autres versions arriveront et d’autres voitures de Rallye arriveront l’an prochain. On va faire du DTM aussi. Car, il faut savoir que 30% de nos Solido partent en Allemagne.

LMAP: Aux nostalgiques qui n’ont pas encore acheté l’un de vos modèles, qu’avez-vous envie de dire ? Proposez-vous toujours les petits catalogues dans vos boîtes ?
FG: On a beaucoup de gens qui nous disent « Non Solido, c’était du 1/43e, c’était les pompiers, les militaires… ». Bon, on va y aller étape par étape. On va déjà redresser la marque. Et après, qu’ils soient patients. C’est possible qu’on fasse d’anciennes Solido, c’est possible que l’on fasse du pompier ou du militaire. On va y revenir. On avait déjà besoin de remettre la marque d’aplomb.
Dès l’an prochain, nous allons proposer à nouveau les petits catalogues dans les boîtes. On a une équipe qui travaille là-dessus. On a racheté les anciens catalogues de la marque ainsi que son historique afin de travailler sur ce projet de catalogue.
Après, Solido a toujours bien marché en France même si la marque à une histoire en dents de scie. Un peu comme Majorette. On va tout essayer pour faire marcher Solido ! Mais, on doit faire attention, la marque a fait souvent des hauts et des bas !

LMAP: Pour Solido Militaria, comment sont choisis les modèles ?
FG: En fait, je vais vous avouer qu’on a un expert militaire pour. On lui fait 300% confiance et c’est lui qui nous sélectionne les versions et les couleurs à reproduire. On lui demande ce qu’il voudrait, il nous dit « je veux ça, ça et ça » et on lui répond « ok, on va le faire ! ». Nous sommes des spécialistes de l’automobile donc on fait totalement confiance à notre spécialiste militaire. C’est lui qui nous fait les décos de nos modèles actuels. Après, si on poursuit, on reproduira peut-être d’anciens modèles de la gamme Militaria plus tard. Mais, il sera difficile de retrouver les standards d’il y a un 20 ans si on reprend les moules ! La précision est beaucoup plus poussée aujourd’hui et ce sera difficile de revenir en arrière (rires).

LMAP: Certains collectionneurs estiment que vous avez fait baisser la qualité des modèles au 1/43e, qu’avez vous à dire sur le sujet ?
FG: Par rapport à avant ? Non, ce serait plus le contraire ! Il y a du 1/43e collection en boîte à 9€90 plutôt sympathique pour le prix. On les vend très bien. C’est un peu moins bien que du Norev à 40€ mais on a vraiment des modèles de meilleure qualité que par le passé.

LMAP: Qu’aimeriez-vous dire aux magasins de jouets (indépendants ou non) et au GMS pour qu’ils distribuent vos produits ?
FG: Aux magasins de jouets : on a fait ça pour eux ! On nous a énormément reprochés (avec Otto) de faire de la vente en direct. On a lancé Solido et on nous a boudé…Quand on a relancé la marque, c’était hallucinant de voir ces magasins nous bouder et de voir, à l’époque, 50% de notre production partir en Allemagne. On a des dizaines d’appels par jour de gens qui nous demandent où acheter du Solido, qui n’en trouvent pas près de chez eux! Donc, je leur dis : « équipez vous ! On a une belle gamme et ça se vend très bien ! » On a pas de retours négatifs. Ceux qui mettent ça en place en vendent et en recommandent après. Faites le test et vous verrez ! Je comprends que les jouetistes aient des difficultés en ce moment, mais ça reste un produit intemporel. Donc, ça marchera. A l’inverse des mouvements de mode, comme le handspinner, qui leur font mal. Il y aura toujours des gens pour acheter une 2CV ! Et la nouvelle génération arrive. Chez moi, je n’ai pas de miniatures, mais je vois mon gamin qui adore la 4L et la 2CV. Et, je trouve ça génial qu’un enfant de 4 ans accroche sur la 4L alors qu’on a jamais rien fait pour le pousser vers les voitures ou les miniatures. A deux ans, je le voyais aligner ses petites voitures sur les marches de l’escalier… je me suis dit « ah bah voilà, c’est mort ! Il est piqué ! » Je suis toujours heureux de voir des enfants acheter une miniature.

LMAP: Peut-on envisager des collections presse en partenariat avec Solido comme dans les années 90 ?
FG: Non, il n’y aura pas de collections presse Solido à l’avenir. Nous n’avons pas d’intérêt d’en faire. Notre but est de travailler avec les grandes surfaces. On mettra aussi du Solido en maison de la presse, mais pas via des collections.

LMAP: Peut-on imaginer voir du placement produit pour Solido pour faire connaître la marque ?
FG: On en fait de plus en plus ! Là, on vient de lancer quelque chose avec le Club Canal. Dans le dernier Taxi, on a eu la surprise de voir que le héro tient une Otto dans les mains ! Et puis, il la montre bien. On commence à avoir de plus en plus de demandes. Dans le dernier film de Gérard Jugnot aussi (C’est bien la vie quand on y pense, ndlr). Il incarne un fan de Renault et de Rallye et il a certaines de nos miniatures Otto. On a une pub aussi qui va sortir en Allemagne, avec un ancien pilote de DTM qui passe devant une vitrine et voit sa voiture en Solido.

LMAP: Pourquoi une boite blanche et non bleue comme avant ?
FG: On la trouvait trop sombre. Et, sur un linéaire, le blanc est plus beau et se démarque mieux. La dernière boîte de Norev est très belle, très classe. Mais, dans un rayon il faut attirer l’œil et on voulait faire un contraste. Et puis, on voulait faire quelque chose de simple qui met en avant le logo. Et, surtout, d’avoir la même typologie de boîtes. Même si certains modèles sont plus grands. Comme pour notre future Renault RS 18. C’est une première chez Solido ! On va lancer une F1 à 49,90€. Le prix est plus cher à cause de la licence. On va lancer une gamme de F1.

LMAP: Comment travaillez-vous avec Solido au milieu d’Otto et de GT Spirit ?
FG: On a un chef de produits Solido, il travaille de son côté sans savoir ce qui sort chez Otto ou chez GT Spirit. Idem pour Otto et GT. Parfois, on a des doublons. Comme une Porsche chez GT Spirit qui est aussi en Solido. Mais, on doit fonctionner comme ça. Il faut que la marque fonctionne comme si elle était indépendante. On a plein d’idées, que ce soit en rallye ou en voitures de série.

LMAP: Pourrait-on voir des magasins Solido en France comme l’Abrex Store à Prague ?
FG: C’est compliqué. On avait un magasin avant, à Vannes qui fonctionnait, qui nous permettait de faire des tests. C’est ma femme qui le gérait, mais c’était compliqué à conjuguer avec la vie de famille. Un magasin Solido ? Pourquoi pas, je ne sais pas. Après, le magasin Abrex est un cas particulier du fait que la marque dépende d’un plus grand groupe aux reins très solides. Après si on fait une, faudrait la faire dans une grande ville. A voir, mais je ne suis pas persuadé. C’est cette boutique qui nous a donné l’idée de faire du DieCast et un produit plus abordable. Car, la moitié des gens qui venaient dans notre boutique n’étaient pas collectionneurs et voulaient plus du jouet.

Découvrez notre galerie photos du superbe Showroom de Mini Express (Otto, Gt Spirit et Solido) à Josselin (56). Mais aussi, des photos de certains modèles de l’entreprise. Nous remercions Steffie Josse qui a rendu cette rencontre possible et Frédérick Guillier pour sa disponibilité, le temps qu’il nous a accordé et sa sympathie. En commentaires, n’hésitez pas à lister les voitures que vous aimeriez voir arriver dans les collections Otto, Gt Spirit et Solido.

Leave A Comment